De gauche à droite: Lise Maisonneuve, Valérie Damourette et Martin Geoffroy

Le 27 mai 2015, le professeur de sociologie Martin Geoffroy du Cégep Édouard-Montpetit publie un texte dans le Huffington Post Québec dans lequel il annonce son intention de créer un centre de recherche dans son cégep pour contrer la radicalisation.

Avec l’aide et l’appui indéfectible de Lise Maisonneuve, directrice de la recherche au Cégep Édouard-Montpetit, et de Valérie Damourette, conseillère en recherche, le professeur Geoffroy soumet une demande de subvention au CRSH et recrute les futurs partenaires du centre. Le CEFIR naît le 17 octobre 2016 au cégep Édouard-Montpetit, grâce à l’obtention du financement du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada. Les contributions de Lise Maisonneuve et de Valérie Damourette en termes d’appuis logistique et intellectuel au CEFIR ont été et demeurent considérables.

Spécialiste des mouvements intégristes chrétiens depuis les années 1990, le professeur Geoffroy a voulu mettre en place un centre de recherche-action sur le phénomène de la radicalisation et des intégrismes qui soit basé sur l’éducation populaire au sujet de ces phénomènes.

En effet, alors que les autorités à travers le monde investissent dans des outils destinés à cibler les cas individuels de radicalisation, voire à tenter de rééduquer les individus radicalisés, il apparaît crucial d’orienter aussi les moyens sur la diffusion du savoir scientifique sur les différentes formes d’intégrismes et de radicalisation auprès des publics, en particulier la communauté collégiale qui constitue une cible privilégiée pour les groupes radicaux.

De plus, le CEFIR est né d’une volonté d’élargir le champ de l’étude sur la radicalisation au-delà du phénomène djihadiste, pour inclure l’ensemble des groupes religieux et politiques, violents ou non, qui participent de la radicalisation.

Pour mener à bien ce projet, M. Geoffroy s’est entouré d’une équipe de spécialistes renommés sur la question des radicalismes religieux, ainsi que d’un réseau de professeur-praticiens dans les cégeps de la Montérégie. Le CEFIR a reçu aussi une contribution importante du Service des communications et du Service technique (la DISTI) du Cégep Édouard-Montpetit depuis son ouverture afin de le soutenir au niveau de ses relations avec les médias et de ses plateformes de diffusion.

Depuis sa création, le CEFIR organise régulièrement des conférences afin de diffuser les résultats des recherches de ses experts et d’autres chercheurs œuvrant dans le domaine de la radicalisation. Le centre a aussi entamé le premier volet de son projet de recherche en lançant un questionnaire destiné à la communauté collégiale de Montérégie le 18 avril 2017, afin d’évaluer les connaissances et les perceptions de cette dernière quant aux intégrismes religieux et à la radicalisation. Cette phase permettra d’aiguiller les activités de formation du centre, et de répondre aux besoins de connaissances sur le sujet et ainsi contribuer à prévenir la radicalisation violente.

In memoriam Jean-Guy Vaillancourt 1937-2015